comment gérer ses émotions quand on est hypersensible?


L’hypersensible, ce n’est pas uniquement un hyperémotif,il possède une sur-perception des stimuli par ses cinq sens. Il est littéralement envahi par ce que ses sens captent, ce qui provoque des réactions émotionnelles internes très intenses.

Nous sommes un agencement complexe de biologie et de psychisme et définir une causeunique à l’émotion ou à la façon dont on la perçoit est quasi impossible. Ainsi quand je reçois des patients hypersensibles, ma première démarche est de les déculpabiliser en leur démontrant que la façon dont ils ressentent le monde n’est pas imputable qu’à eux-même. L’être humain est composé d’un système neuronal, hormonal, nerveux, et d’un système psychique si complexe qu’il ne fait pas toujours sens.

Le cheminement de l’émotion doit être pris en considération sous trois angles:

le déclencheur, le ressenti émotionnel, et l’expression de cette émotion.

L’hypersensible exacerbe ses émotions positives mais aussi ses émotions négatives, et il est très pénible d’accueillir les premières et de maîtriser les secondes sans éprouver une fatigue voire un épuisement.

Percevoir avec plus d’intensité et de finesse le monde, les stimuli, les émotions,…fait de tous les hypersensibles des être éminemment empathiques,car ils manifestent de la compassion, de la compréhension, de la générosité , ce qui constitue une force, mais celle-çi peut devenir une faiblesse si elle n’est pas maitrisée, et que la personne se noie dans les émotions de l’autre.

Le réflexe le plus commun face à une arrivée trop intense d’émotions, c’est de s’en protéger. Etre réservé, solitaire est très commun chez l’hypersensible, et tout à fait légitime.Le risque est l’enfermement, l’effacement de soi, qui empêche l’enrichissement personnel et le « vivre ensemble ».

Face à un trop-plein émotionnel, une autre façon de composer est de trouver un maximum d’espaces pour s’exprimer, pour « se vider », sauf qu’à trop courir, on peut s’épuiser et l’hypersensible reste un être à vif, qui doit trouver des moyens de se préserver par moment, pour mieux repartir et affronter le monde, le lendemain. Aucune façon d’être au monde n’est valide, si elle tombe dans les extrêmes. Equilibrer son rapport à l’autre et au monde social reste la meilleure façon de gérer son hypersensibilité , c’est-à-dire trouver autant d’abris que d’espaces pour exister.

La thérapie aide l’hypersensible à supporter le regard empli de jugement porté sur lui. Les clichés, raccourcis, et autres stéréotypes sont présents dans la société et attaquent l’estime de soi,. Se protéger du regard méprisant est un des premiers pas vers l’acceptation de soi. L’hypersensibilité n’est ni un défaut ni une maladie, elle est structurelle du Moi, donc il ne s’agit pas de s’en défaire mais d’amoindrir les conséquences négatives qu’elle a sur le quotidien , ses relations, sa construction.  L’hypersensible est un humain comme un autre, qui doit faire avec les cartes qu’il a et certaines sont des atouts inestimables.

La société actuelle associe l’hypersensibilité à un trait féminin, et pas toujours pour le meilleur. Combattre les stéréotypes est essentiel pour se regarder sans oeillère et percevoir à quel point c’est la force qui en est le coeur et non la faiblesse.

Accueillir des hauts potentiels, enfants ou adultes sous-entend que l’on prend forcément en considération cette facette de la personnalité qu’est l’hypersensibilité, car l’intelligence ne se résume pas à des compétences surdéveloppées.Bien au contraire, le surdon n’assure pas une réussite , au contraire , les compétences cognitives, émotionnelles et comportementales sont souvent moins développées encore que l’hypersensibilité, alors que ces êtres ont en effet de grandes compétences. Le « surdoué » vit le monde de manière plus accru, plus amplifié, et ce qu’il perçoit, ressent , exprime, montre parfois un manque de contrôle évident. Analyser l’Autre, compatir, être envahi, exprimer les émotions des autres alors qu’il essaie juste de vivre dans ce monde, représente une perception surdéveloppée handicapante.

Grâce à des techniques de langage corporel, ou à l’EFT, j’accueille ces personnes afin d’apprendre à vivre avec ses émotions, comprendre et connaître davantage son corps, et se libérer de l’emprise des émotions au quotidien.

 

Posted in Le monde du travail

Share your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*